grains d'envie Index du Forum grains d'envie
forum de l'association grains d'envie
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
grains d'envie Index du Forum

du vin à Cailloup

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    grains d'envie Index du Forum -> Les assos de l'ariége -> Confrérie du coco de Pamiers
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
 laurent
 Administrateur
 
Hors ligne

 Inscrit le: 09 Oct 2010
 Messages: 773
 

 Message Posté le: Sam 30 Juil - 10:49 (2011)    Sujet du message: du vin à Cailloup Répondre en citant  

 
Citation:
Pamiers. Le vin des rois renaît de ses cendres à Cailloup



C'est ici, entre l'ancienne église, le jardin médiéval et le verger, que sera implanté la vigne de Pamiers./ Photo DDM M.S


Pamiers aura sa vigne, c'est décidé. Les amis du site de Cailloup ont encore frappé, ils viennent de créer l'association Bi del Mas Bielh, traduisez: le vin du Mas vieux.
Durant le Moyen-Age, lors des grands festins des rois de France et même jusqu'en Angleterre, le vin appaméen coulait à flots . Pamiers était connue pour sa tradition viticole. « A l'époque, l'Ariège était navigable, explique Louis Claeys, historien de la ville. Et le vin produit à Pamiers était exporté partout en France et au-delà, par barques ».
L'Appaméen, également maître de la Confrérie du coco de Pamiers a décidé, cette fois, de s'intéresser à cette ancienne pratique qui avait rendu la ville célèbre. Et après avoir remis le fameux coco de Pamiers au goût du jour, c'est au tour des vignes à présent.
L'entreprise est toutefois plus délicate. Car une vigne ne pousse pas en un jour, ni en une saison d'ailleurs.Il faudra être patient, motivé et attentionné.
Bien choisir le cépage
C'est dès l'automne que l'entreprise prendra une forme concrète. L'association, avec le soutien de la mairie, travaillera en collaboration avec un vigneron, Philippe Babin. Le choix des cépages se fera donc une fois que l'expert aura étudié de près le sol du site de Cailloup. Trop riche ? Pas assez sableux ? A voir, il faudra s'adapter.
Au printemps 2012, viendra le jour J, celui de la plantation des pieds de vignes. L'occasion de faire vivre le site Cailloup avec un événement de plus.
« Après, il faudra sûrement attendre au moins trois ans avant de voir les premiers raisins, déclare Louis Claeys. Mais nous commencerons la vinification dès leur apparition. »
Que les œnologues fassent preuve d'indulgence, une vigne doit avoir plusieurs années avant de produire du bon vin. Mais celles de Pamiers auront, on l'espère, un bel avenir devant elles.
Qui sait, si les Appaméens savent les bichonner, peut-être produiront-elles un jour un grand cru ?




repèresLe chiffre : 3 000
bouteilles > par an. C'est l'objectif que s'est fixé l'association Bi del Mas Bielh : produire et commercialiser entre 2500 et 3000 bouteilles de vin appaméen.




La vigne des Appaméens Pour les Appaméens
« Nous espérons créer un nouvel événement fédérateur dans le paysage local », déclare Louis Claeys. Pour ce grand protecteur du patrimoine appaméen, c'est un nouveau défi. Son souhait ? Que les habitants s'impliquent, qu'ils deviennent parrain de pieds de vigne pourquoi pas et que la plantation et surtout les vendanges deviennent un rendez-vous culturel et festif. L'office de tourisme et la mairie organiseront des réunions d'informations pour annoncer le projet.









http://www.ladepeche.fr/article/2011/07/30/1137509-le-vin-des-rois-renait-de-ses-cendres-a-cailloup.html  
 Revenir en haut
 
 Publicité
 
 

 
 
 

 Message Posté le: Sam 30 Juil - 10:49 (2011)    Sujet du message: Publicité  

 
PublicitéSupprimer les publicités ?
 
 
 Revenir en haut
 
 laurent
 Administrateur
 
Hors ligne

 Inscrit le: 09 Oct 2010
 Messages: 773
 

 Message Posté le: Dim 11 Déc - 12:04 (2011)    Sujet du message: du vin à Cailloup Répondre en citant  

 Il va y avoir de la concurence=)
la dépéche a écrit:

Prix régional pour le domaine du Sabarthès
Le domaine du Sabarthès (IGP vin d'Ariège), le vin de Montégut-Plantaurel, vient de se voir décerner un prix régional du vin de pays dans un concours organisé notamment par l'INAO. « Nous étions associés à Casino qui vient de nous référencer. C'est une belle satisfaction.Ce prix valorise notre petite appellation »,explique David Mainardi qui a reçu le prix des mains de Bruno Lemaire, le ministre de l'Agriculture. Exploité sur une vingtaine d'hectares entre Montégut et Varilhes, le domaine du Sabarthès se décline en rouge, rosé et blanc. Dans les vignes, on trouve des cabernet, du syrah mais aussi du tannat pour faire un rouge fruité et charpenté. En plus de l'inscription géographique protégée (IGP), le domaine du Sabarthès s'inscrit dans une démarche qualité avec un cahier des charges précis : « Nous ne dépassons pas 40 hl par hectare », rappelle David Mainardi. Bon an, mal an, le domaine du Sabarthès, exploité par un centre d'aide par le travail et dont la diffusion est essentiellement départementale, sort 80.000 bouteilles par an.

  
 Revenir en haut
 
 laurent
 Administrateur
 
Hors ligne

 Inscrit le: 09 Oct 2010
 Messages: 773
 

 Message Posté le: Dim 8 Jan - 18:03 (2012)    Sujet du message: du vin à Cailloup Répondre en citant  

 
Citation:
La renaissance du vin ariégeois
un jour... en ariège

Du vin en Ariège ? On en a fait pendant des siècles. Des documents historiques attestent de la présence de vignobles autour de 971. Les vins d'Ariège acquièrent au fil de l'histoire suffisamment d'aura pour être servis à la table des rois de France. On dit qu'on en consommait de bonnes quantités à la table du roi Philippe le Bel.

L'aventure du vin d'Ariège allait se poursuivre tout au long de l'histoire. Combien de barriques de vin local ont pris le chemin du port de Bordeaux pour être ensuite exportés ? La comptabilité des évêques de Pamiers pourrait en témoigner. Ainsi va la vie dans les vignes d'Ariège.

Le phylloxera d'abord, la déprise agricole ensuite ont failli avoir la peau de la viticulture locale. La vigne n'était plus qu'à l'état de témoignage. À tel point que l'Ariège est devenu le seul département du sud-ouest à ne plus avoir de vignoble.

En 1998, quatre associés décident de tout relancer. Et de replanter des cépages comme le merlot, le carbernet franc, cabernet sauvignon, le syrah et même du tannat sur des parcelles historiques. C'est la renaissance. La vigne et son produit le vin ont retrouvé droit de cité en Ariège. Le vin de pays d'Ariège décroche même une IGP. Aujourd'hui, on peut boire du vin d'Ariège, le déguster, l'apprécier. Ses domaines ont même fait leur entrée dans les guides spécialisés comme Hachette.

Vin de semi-garde, le vin de pays d'Ariège, disponible dans les trois couleurs, est en devenir.

Il se pose en tout cas comme le marqueur d'un territoire en pleine évolution qui se nourrit de ses racines pour mieux se tourner vers l'avenir.


  
 Revenir en haut
 
 laurent
 Administrateur
 
Hors ligne

 Inscrit le: 09 Oct 2010
 Messages: 773
 

 Message Posté le: Mar 3 Juil - 16:50 (2012)    Sujet du message: du vin à Cailloup Répondre en citant  

 
Citation:
Pamiers: bientôt des vignes à Cailloup

Autour de son église datant du début du 12ème siècle, le site de Cailloup est déjà un parcours d’orientation, mais aussi le lieu de culture du fameux haricot «coco» de Pamiers, du potager médiéval, et bientôt... d’une vigne.

Un projet de 5000 m² près de l’église

Derrière le projet, on retrouve l’infatigable passionné d’histoire et élu municipal Louis Claeys, qui a créé avec d’autres une nouvelle association: «Bi del Mas Bielh» (le vin du Mas Vieux).

Et peut-être que d’ici peu, des bouteilles porteront le même nom, «nous souhaitons créer 1/2 hectares de vignes près de l’église, derrière le potager médiéval»

Mais les membres de la nouvelle association sont encore loin d’avoir les mains dans la terre.

«Nous sommes en plein dans les démarches administratives qui sont assez compliquées !» explique le président de la nouvelle association, «il faut déterminer les conditions de production, de vinification et de commercialisation.

Des demandes sont à faire auprès du ministère et des douanes
»

Car l’idée serait bien de vendre les fruits de la récolte, «il ne s’agit pas de faire du vin pour le folklore! Et si un jour nous faisons des bénéfices, ils seront reversés pour la revitalisation du site de Cailloup»

Renouer avec la tradition oubliée du vignoble appaméen

Un professionnel du vin (Philippe Babin) fait partie du projet en tant que conseiller technique.

Et une première étape a été franchie lors du dernier conseil municipal: la mairie (propriétaire des terres) a passé une convention avec l’association pour qu’elle puisse cultiver les terres.

La commune va même donner un coup de pouce financier pendant les 3 premières années pour lui permettre d’acheter des plants et du matériel.

Sur le fond? «Un des objectifs est de renouer avec la tradition du vignoble appaméen» explique Louis Claeys, «nous avons des textes qui disent que le vin de Pamiers était très apprécié des rois de France et d’Angleterre !»

La vigne sera aussi un prétexte pour créer des moments de convivialité, puisque tout le monde sera invité à participer aux plantations, aux tailles et aux récoltes.

Un peu d’Histoire...

L’église de Cailloup a été construite au tout début du XIIème siècle (entre 1100-1110).

Détruite pendant les guerres de religion, reconstruite à la fin du 17ème, elle est vendue comme bien national à la révolution.

Puis pendant deux siècles, le site de Cailloup deviendra une exploitation agricole.

Jusqu’à ce que la mairie de Pamiers rachète les terres dans les années 90.


  
 Revenir en haut
 
 laurent
 Administrateur
 
Hors ligne

 Inscrit le: 09 Oct 2010
 Messages: 773
 

 Message Posté le: Mer 16 Jan - 11:18 (2013)    Sujet du message: du vin à Cailloup Répondre en citant  

 
Citation:

Pamiers d'hier et d'aujourd'hui: la culture de la vigne

Si la cité de Frédélas restait réputée pour ses usines métallurgiques au début du vingtième siècle, quelques pages d’histoire avaient déjà été écrites sur son vin produit depuis le Moyen-âge.


Un vin fort réputé et qui faisait parler de la cité au-delà des contrées pyrénéennes.

La vigne fut implantée dans la région à l’époque romaine et c’est les moines de l’abbaye de Saint Antonin de Frédélas qui en firent ses lettres de noblesse.

L’Ariège était navigable depuis Pamiers. Les vins étaient embarqués au Port du Jeu du Mail pour être acheminés jusqu’à Bordeaux d’où ils pouvaient être exportés en Angleterre.

En 1285, l’histoire raconte que les consuls de Pamiers traitèrent avec le Roi d’Angleterre pour obtenir le libre-passage de leurs vins rouges, blancs et «clairets»

Ainsi, le vignoble appaméen s’étendit largement et se développa de belle manière.

Même les villages alentours venaient s’approvisionner en vin à Pamiers.

Le Trentat de la commune écrivait «la plus grande part de la fortune de la cité réside dans la vigne»

Hélas, en 1879 le phylloxéra allait mettre un terme au développement sans cesse croissant de la production.

Le vignoble qui représentait plus de 16000 ha fut réduit à 1800 ha en 1897.

Des vignes furent replantées au début du vingtième siècle mais la production diminua et au sortir des deux guerres mondiales, la production viticole fut limitée à la consommation familiale.

Les anciens se souviennent des vignes plantées aux Canonges, sur le plateau de Marassé Randille. Elles appartenaient à M. Delmas, M. Rumeau. Ernest Cerny produisait son vin avec ses vignes plantées, route de Verniolle.


  
 Revenir en haut
 
 laurent
 Administrateur
 
Hors ligne

 Inscrit le: 09 Oct 2010
 Messages: 773
 

 Message Posté le: Sam 4 Mai - 07:41 (2013)    Sujet du message: du vin à Cailloup Répondre en citant  

  
Citation:
 
Pamiers. La vigne va être plantée cet automne !


La vigne de cailloup va voir le jour. Les autorisations étant accordées, elle sera plantée à l'automne. Les premières bouteilles sont attendues pour 2 018.
On l'appellera le gamay de Cailloup ! Le gamay, c'est pour ceux qui l'ignoreraient un cépage. C 'est donc de vigne qu'il s'agit et plus particulièrement de celle qui sera plantée bientôt à Cailloup. C'est u n projet que nous avions évoqué et qui est porté depuis longtemps maintenant par l'association «Bi del mas bielh», que préside Louis Laeys. Cailloup, c'est un site protégé de pamiers où s'épanouissent déjà les arbres fruitiers anciens et des plantations de plantes médicinales, potagères et aromatiques anciennes, à la saison. Rien de plus normal donc que d'imaginer planter une vigne à Cailloup, symbole d'une activité économique et agricole qui fut dominante à Pamiers durant tout le Moyen-Âge et jusqu'aux portes du XIXe siècle. «Nous sommes arrivés au bout de toutes les démarches administratives, de toutes les autorisations nécessaires pour planter une vigne, on va donc maintenant entrer dans la phase active !», explique Louis Claeys, qui ne cache pas sa joie de voir enfin un coup d'accélérateur donné à ce dossier. «S'il a d'ailleurs pu voir le jour, c'est grâce à l'appui technique et financier de la municipalité», s'empresse-t-il d'ajouter.
La plantation aura lieu cet automne
Le gamay est un cépage endémique ariégeois, il n'a donc pas été choisi par hasard. Il va produire «un vin de soif» élevé sur les terres de Cailloup. Une souscription va permettre de planter la vigne, de la soigner jusqu'à maturité et bien entendu de la récolter. La plantation aura lieu à l'automne 2013, la première vendange est attendue pour 2018.
La souscription sera lancée le 18 mai, à l'occasion de la fête des associations, place Milliane. D'un montant de 152 €, elle donnera droit à six bouteilles du «Gamay de Cailloup» étiquetées au nom du souscripteur, pendant quatre ans à partir de la première récolte significative. Vu que l'on entonnera pas des centaines de milliers d'hectolitres, voilà une «série limitée» qui ne laissera certainement personne indifférent.

  
 Revenir en haut
 
 laurent
 Administrateur
 
Hors ligne

 Inscrit le: 09 Oct 2010
 Messages: 773
 

 Message Posté le: Lun 28 Avr - 19:17 (2014)    Sujet du message: du vin à Cailloup Répondre en citant  

 
AriégeNews a écrit:


2700 pieds de vigne sur le site de Cailloup pour renouer avec la tradition du vignoble appaméen



Décidément autour de son église datant du XIIème siècle, le site de Cailloup est un lieu de culture, celui du patrimoine, du coco de Pamiers, du potager médiéval et désormais de la vigne.


Derrière ce projet on retrouve l’historien Louis Claeys et l’association Bi del Mas Bielh (vin du mas vieux) dont les membres n’ont pas hésité ce mercredi à retrousser leurs manches afin de mettre en terre près de 3000 cépages.

Un demi-hectare de vigne près de l’église romane

Implantée dans la région par les romains, les moines de l’abbaye de Saint Antonin de Frédélas ont fait au Moyen Age de la vigne ses lettres de noblesse. Réputé au-delà des frontières Pyrénéennes, le vin de Pamiers était embarqué au Port du Jeu du Mail pour être acheminé jusqu’à Bordeaux où il pouvait être exporté en Angleterre.

Hélas en 1879 le phylloxéra allait mettre un terme au développement sans cesse croissant de cette production et le vignoble qui représentait plus de 16 000ha fut réduit à 1800 à cette époque là. Des vignes furent replantées au début du XXème siècle mais la production diminua et au sortir des deux guerres mondiales, elle fut limitée exclusivement à la consommation familiale.

Animé par la passion et l’envie de faire revivre le site de Cailloup, c’est au terme d’un véritable parcours du combattant que Louis Claeys et son association sont enfin arrivés au bout de ce projet:

«C’est un retour à la tradition car il y avait déjà ici aux XIV-XVème siècles une trentaine d’hectares de vignes, la principale richesse de la ville à cette époque. Il y a trois ans que nous tavaillons à la réintroduction de la vigne à Cailloup… il aura fallu du temps pour obtenir les différentes autorisations, mais il faudra également se munir de patience pour mériter ce vin… trois ans seront nécessaire avant la première récolte et les premières bouteilles seront réservées aux 101 souscripteurs qui ont fait un don à l’association»

Au total ce sont 45 ares soit un demi hectare pour être très précis vis-à-vis de l’administration de la Douane qui donne les autorisations pour la création ou l’acquisition d’une exploitation, l’arrachage, plantation, greffage d’une parcelle de vignes, la déclaration de récolte et de production, ainsi que la distillation obligatoire des sous-produits de la vinification (alambics). D’ores et déjà l’association Bi del Mas Bielh espère avoir dès la première vendange 2000 bouteilles de bon vin de Cailloup.

La vigne, une grande école de patience

C’est sous les auspices de Philippe Babin qui a participé activement il y a une vingtaine d’années au renouveau de la vigne en Ariège, que l’association appaméenne a choisi les cépages: 2700 pieds de Gamay, un cépage du Beaujolais que l’on retrouve dans la Loire mais comme l’indique notre viticulteur ariégeois, «il s’agit là d’un cépage endémique de l’Ariège qui existait ici avant la disparition du vignoble. Il était intéressant d’en replanter pour perpétuer la tradition. Le Gamay propose des vins pas forcement d’élevage qu’il faut garder en barrique pour qu’ils vieillissent, ce sont des vins à consommation rapide, correspondant parfaitement à l’envie de l’association de planter une vigne pour en proposer le vin dans le cadre d’animations festives sur le site de l’abbaye»

Et d’une abbaye, celle de Prouilhe dans l’Aude d’où viennent les cépages, à l’autre, il n’y qu’un pas: «Ces plants viennent de chez un pépiniériste de Fanjeaux, ils ont été greffés l’an passé: la partie porte-greffe dans le sol va s’affranchir du phylloxéra et les petits bouts rouges, point de cire consolidant le point de greffe, vont rapidement produire de petites pousses que l’on rabattra l’an prochain» poursuit le viticulteur qui restera en relation avec cette sympathique association pour l’accompagner dans sa démarche.

La mairie de Pamiers gestionnaire du site a embauché un ouvrier viticole pour dorloter cette vigne qui demandera des soins précis et réguliers pendant les trois années à venir, jusqu’à la récolte du précieux breuvage.

Peter Pheline, diplômé d’œnologie à l’école d’Agronomie de Toulouse en aura cette lourde tâche: entretien du sol, vérification de l’état sanitaire, arrosage, paillage, taille… vendange et mise en bouteille.
Le vin c’est la vie et une formidable carte de visiteTous les visiteurs reconnaissent que le site de Cailloup est un endroit extraordinaire. Et le travail réalisé par cette poignée de bénévoles grâce à l’investissement de la commune de Pamiers, propriétaire des lieux depuis 1990, permettra à ne pas en douter à revitaliser et mettre en valeur ce site:

«Nous continuons toujours le Coco de Pamiers (nous allons en replanter une quinzaine de kilos cette année) mais en choisissant la vigne sur le long terme c’est une belle carte de visite» poursuit Louis Claeys.

Hasard du calendrier, la restauration de la peinture découverte à l’intérieur de l’église romane vient également d’être achevée. Si le bâtiment date du XIIème siècle (entre 1100 et 1110), il a été en parti démoli pendant les guerres de religion au XVIème siècle et restauré un siècle plus tard. C’est à ce moment qu’un faux retable a été réalisé dans le cœur de l’église.

Cette peinture unique en Ariège a été restaurée à la demande d’André Trigano, maire de la ville par les ateliers Langlois de Gaillac. Précisons que pendant 200 ans le bâtiment était dévolu à des fins agricoles et qu’un cheval et un mulet étaient installés à l’emplacement du chœur et leur mangeoire accolée à la peinture murale percée dans le registre supérieur pour accueillir un plancher où était stocké le foin des bêtes.

L’inauguration officielle de cette restauration, tout comme la plantation des vignes et la réhabilitation du site devrait avoir lieu le 21 juin, jour de la fête de la musique et du solstice d’été.
  
 Revenir en haut
 
 laurent
 Administrateur
 
Hors ligne

 Inscrit le: 09 Oct 2010
 Messages: 773
 

 Message Posté le: Mer 30 Avr - 12:40 (2014)    Sujet du message: du vin à Cailloup Répondre en citant  

 Brève du conseil municipal

la dépéche a écrit:

vigne de cailloup >
La colère de Michel Teychenné. L'élu de l'opposition a dénoncé au moment de renouveler la convention de mise à disposition des terrains communaux qui accueillent la vigne de Cailloup, l'embauche d'un jardinier pour s'occuper de ce domaine. «Voilà un traitement de faveur que beaucoup d'associations de Pamiers aimeraient avoir ! Cette «mise à disposition» d'un agent municipal à une association est inadmissible, et en contradiction avec la convention signée avec l'association «Bi del mas Bielh» et les finances municipales. Entre un policier supplémentaire ou un animateur de rue de plus, et un vigneron municipal, notre choix est vite fait. Et ce n'est pas le vôtre.» Cette sortie de Michel Teychenné n'a pas été au goût de Louis Claeys, le «père» de cette vigne, qui se trouvait dans la salle
  
 Revenir en haut
 
 Contenu Sponsorisé
 
 

 
 
 

 Message Posté le: Aujourd’hui à 01:01 (2016)    Sujet du message: du vin à Cailloup  

 
 
 
 Revenir en haut
 
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    grains d'envie Index du Forum -> Les assos de l'ariége -> Confrérie du coco de Pamiers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Jungle by Mojy, © 2005 Mojy - Mojytech
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com